Ce pour quoi la prostitution ne doit jamais être légalisée – Julie Bindel

Par Julie Bindel, dans The Guardian, 11 octobre 2017

Posez la question « Que devrions-nous faire à propos de la prostitution ? » où que ce soit dans le monde, et la réponse que vous risquez de plus en plus d’entendre est : « La légaliser ». Cette opinion repose sur la conviction qu’il y aura toujours des hommes qui paient pour du sexe et des femmes qui en vendent. Dépénaliser tous les aspects de la prostitution – y compris la tenue de bordels et l’achat de sexe – permettrait, selon cet argument, de rendre la vie plus sûre pour ces femmes, tout en facilitant l’élimination des violences.

La position privilégiée par chaque survivante de l’industrie du sexe que j’ai interviewée est que la prostitution est violente en soi.

Les partisans de la dépénalisation, y compris de nombreux libéraux et quelques féministes, considèrent que la prostitution est un simple travail et soutiennent que les « travailleuses du sexe » peuvent être protégées par des syndicats et des mesures de santé et de sécurité. Par contre, la seule décriminalisation de la vente du sexe – de sorte que seuls les acheteurs enfreignent la loi – signifie que les prostituées elles-mêmes ne seront pas pénalisées. Cependant, même dans les cas où seul l’achat de sexe est une infraction pénale, les femmes prostituées demeurent sujettes à des risques.

Au cours des dernières années, cet argument a gagné du terrain dans certains pays. En 2000, les Pays-Bas ont formalisé ce qui était déjà acceptable depuis quelques années et levé l’interdiction des bordels, légalisant de facto l’industrie du sexe. Trois ans plus tard, le gouvernement néo-zélandais adoptait, à un vote près, le New Zealand Prostitution Reform Act, qui décriminalisait la prostitution de rue et la tenue de bordels.

La position contraire, abolitionniste – favorisée par les féministes, y compris moi-même, et par chaque survivante de l’industrie du sexe que j’ai interviewée – est que la prostitution est violente en soi et qu’elle est une cause et une conséquence de l’inégalité subie par les femmes. Il n’existe aucun moyen de la rendre sûre, et il devrait être possible de l’éradiquer. Les abolitionnistes rejettent l’étiquette rassurante de « travailleuse du sexe » et considèrent la prostitution comme une forme de violence dans un monde néolibéral où la chair humaine en est venue à être traitée comme une marchandise, à l’instar d’un hamburger.

Une femme attend au Pascha

Les abolitionnistes ne considèrent pas la prostitution comme une question de sexe ou d’identité sexuelle, mais plutôt comme un marchandage unilatéral fondé sur l’exploitation et ancré dans le pouvoir des hommes. Les abolitionnistes croient que la solution progressiste à l’industrie du sexe est d’aider les femmes à en sortir et de pénaliser ceux qui attisent la demande. En Suède, où une loi criminalisant la demande et décriminalisant la vente de sexe est en vigueur depuis 1999, les attitudes de la population ont changé radicalement : environ 80 % appuient maintenant  l’approche de leur gouvernement.

Ce que j’ai découvert en menant des recherches sur les campagnes pro-légalisation ou décriminalisation aux Pays-Bas, en Irlande et au Royaume-Uni, c’est que les patrons de l’industrie du sexe ont une voix influente dans de telles campagnes, les soutenant financièrement. Et ces groupes qui prétendent représenter les « travailleuses du sexe » servent tout aussi souvent de porte-parole aux proxénètes, plutôt que de représenter les femmes qui gagnent leur vie en vendant du sexe.

Si la prostitution est présentée comme un travail, il va de soi que les travailleuses ont besoin de droits. Le problème est que l’expression « travailleuse du sexe », inventée dans les années 1980 et de plus en plus utilisée par la police, les travailleurs de la santé et les médias, inclut les pornographes, les danseuses érotiques et les proxénètes, en même temps que celles qui vendent réellement du sexe.

Au Nevada, où les bordels sont légaux, j’ai interviewé un propriétaire de bordel qui était le proxénète d’une jeune femme souffrant de graves difficultés cognitives, et qui avait été vendue au bordel par le père de son petit ami. Le fait que le bordel où était exploitée cette jeune femme était légalement validé par l’État et considéré comme une entreprise – à l’instar d’un restaurant – signifiait que le proxénète pouvait se présenter comme rendant un service à son employée en lui fournissant un travail.

Au Royaume-Uni, l’argument en faveur de la dépénalisation a gagné le soutien de quelques syndicats. En 2002, le GMB s’est doté d’une section « divertissement pour adultes » et ses porte-parole sont intervenu·e·s à des conférences de partis politiques, au Royal College of Nursing et au Women’s Institute.

En 2010, après avoir observé l’influence croissante du soi-disant Syndicat international des travailleuses et travailleurs du sexe, j’ai décidé d’examiner ses antécédents et sa composition. Lancé à Londres en 2000, ce syndicat se présente comme une « organisation populaire » défendant les droits de tous les gens qui travaillent dans l’industrie du sexe. J’ai découvert que ses effectifs modestes étaient principalement composés d’universitaires qui étudient l’industrie du sexe, d’hommes qui achètent du sexe et de quelques propriétaires de services spécialisés — une distribution qui n’est guère représentative de l’industrie du sexe en Grande-Bretagne.

L’un de ses membres, et porte-parole, était Douglas Fox, qui a été actif au sein du parti conservateur et d’Amnesty international Royaume-Uni, et codirecteur d’une grande agence d’escortes. Il a proposé une motion pour la décriminalisation générale de l’industrie du sexe lors de l’assemblée générale annuelle d’Amnesty en 2008. Sept ans plus tard, cette proposition est devenue la politique d’Amnesty en matière de prostitution.

J’ai constaté un mouvement similaire dans d’autres territoires. Presque immédiatement après la création en Irlande d’un mouvement de coordination dans le but de faire criminaliser l’achat de sexe – Turn Off the Red Light – une contre-campagne nommée Turn Off the Blue Light a été mise sur pied. Il s’est avéré qu’elle était financée par un proxénète reconnu coupable, Peter McCormick.

Un autre activiste de ce genre est John Davies, qui purge actuellement une peine de 12 ans de prison pour fraude caritative. Avant sa condamnation pour escroquerie vis à vis des contribuables britanniques pour moins 5,5 millions de livres, Davies a parcouru le monde en tant que conférencier, prétendant que la traite était un mythe créé par les féministes et que la décriminalisation était la seule solution.

Ce qui se passe lorsque le point de vue de la légalisation gagne est illustré par la situation aux Pays-Bas depuis dix ans. Trois ans seulement après que la loi ait été modifiée, le gouvernement a fait demi-tour et commencé à fermer les zones de prostitution de rue et à restreindre le nombre de permis pour les « bordels à vitrine ». En 2004, j’ai interviewé la dirigeante du syndicat pro-prostitution Red Thread, subventionné par le gouvernement. Elle m’a dit que son organisation ne comptait que 100 membres et que la plupart d’entre elles étaient des « danseuses érotiques », absolument pas impliquées dans la prostitution. Karina Schaapman, conseillère municipale à Amsterdam et elle-même survivante du commerce du sexe, a déclaré en 2005 que la légalisation était née de l’idée que les femmes choisissaient activement de se prostituer. « Mais ce portrait est incorrect », a-t-elle dit. « Les deux tiers des prostituées sont étrangères, la plupart du temps sans-papières, et personne ne les enregistre ». L’ancien maire d’Amsterdam, Job Cohen, a déclaré que la légalisation n’avait pas réussi à chasser le crime organisé de l’industrie du sexe et qu’il espérait « inverser partiellement » la loi en question.

Pendant ce temps, en Nouvelle-Zélande, les liens entre le crime organisé, la violence et la prostitution sont loin d’avoir été rompus. Les opinions divergent quant à savoir si la dépénalisation a amélioré ou aggravé la situation. Un rapport, publié cinq ans après la décriminalisation, affirmait qu’elle avait eu peu d’impact sur le nombre de personnes travaillant dans l’industrie, mais qu’elle offrait certaines mesures de protection aux enfants et à d’autres personnes. Mais les témoignages personnels de femmes ayant été mises en prostitution dans ce pays indiquent que les propriétaires de bordels et les prostitueurs en ont tiré plus de bénéfices que les femmes.

La bonne nouvelle est que les proxénètes ne gagnent pas toujours. [Comme en France,] de nouvelles lois criminalisant l’achat de sexe et décriminalisant sa vente sont entrées en vigueur en Irlande du Nord en 2015 et en République d’Irlande cette année. Laura Lee, une militante pour les « droits des travailleuses du sexe », a entamé un travail juridique contre loi adoptée en Irlande du Nord — un de ses soutiens n’est autre que le proxénète Peter McCormick.

J’espère que Lee perdra. Je comprends parfaitement pourquoi certaines personnes, qui entendent que la décriminalisation générale offrirait une certaine protection aux prostituées, appuient cette mesure. Mais presque personne, y compris les abolitionnistes, ne soutient que les femmes et les hommes qui vendent du sexe devraient être traités comme des criminels. Notre argument est que les proxénètes et les acheteurs de sexe devraient par contre l’être.

Ceux qui s’opposent à nous ne réalisent pas que la décriminalisation, telle qu’elle est communément vantée et comprise, consiste à donner le feu vert au proxénétisme, à l’achat de sexe et à l’existence de bordels. Et ce n’est pas la voie de l’avenir — à moins que nous ne voulions aider les hommes qui gèrent le commerce mondial du sexe à tirer encore plus d’argent du corps des femmes.

  • Julie Bindel est une militante politique et l’autrice de The Pimping of Prostitution : Abolishing the Sex Work Myth.Cover The Pimping_Bindel

Version originale: https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/oct/11/prostitution-legalised-sex-trade-pimps-women

Traduction : TRADFEM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s