Quand un homme tue une femme

Par KAREN INGALA SMITH, d’abord publié 27 novembre 2016, sur le site d’openDemocracy opendemocracy.net/5050
Malgré tout ce qui divise les sociétés, nous avons en commun que la violence des hommes envers les femmes est normalisée, tolérée – et dissimulée alors qu’elle est omniprésente.
Depuis le 25 novembre dernier, au moins 118 femmes et filles au Royaume-Uni âgées de plus de 13 ans ont été tuées par des hommes (ou dans des situations où un homme est le principal suspect).
Cela équivaut à une femme tuée par un homme tous les 3 jours.
J’ai consigné les noms de ces femmes et les détails de leur meurtre depuis janvier 2012 au moment de la création du Projet Counting Dead Women.
Aujourd’hui, nous commémorons 653 femmes.
La violence létale des hommes contre les femmes au Royaume-Uni échappe aux frontières de classe, de race, de nationalité et d’âge. Au cours de la dernière année, la plus âgée des femmes tuées avait 85 ans, 18 avaient plus de 60 ans et 21 étaient âgées de 25 ans et moins. Elles comprenaient des coiffeuses, des écrivaines, des vendeuses, des femmes en prostitution, une politicienne, des avocates, des étudiantes et des écolières; il y avait parmi elles des femmes nées en Érythrée, en Pologne, en Chine, en Italie et dans d’autres pays, et bien sûr des femmes nées au Royaume-Uni avec toute une gamme d’origines ethniques. La plupart d’entre elles, mais pas toutes, ont été tuées par des compagnons ou d’ex-compagnons, d’autres par des cambrioleurs, des violeurs, des voisins, des frères, des fils, des hommes qu’elles considéraient comme des amis ou des hommes qui payaient pour du sexe.
Beaucoup pensent à la violence conjugale, ou plus généralement à la violence familiale, lorsqu’ils ou elles pensent aux femmes tuées par des hommes. Ce point de vue est reflété et renforcé par les statistiques officielles. L’Office national de la statistique publie un rapport annuel sur les crimes violents commis au Royaume-Uni, dont les meurtres. Pour l’année qui a pris fin en mars 2015, l’Index des meurtres tenu par le Ministère de l’Intérieur a enregistré 518 meurtres, soit 186 femmes, 331 hommes et une victime de sexe inconnu / non déclaré.
Cette proportion de femmes victimes est la plus élevée enregistrée depuis 20 ans. Dix-neuf hommes et 81 femmes ont été tué·e·s dans des circonstances décrites comme des homicides entre partenaires ou ex-partenaires. Trente-et-une personnes ont été tuées par d’autres membres de la famille (violence au foyer ou familiale).
Mais qu’en est-il des 74 autres femmes tuées? Qu’apprend-on à analyser le caractère genré de leur décès?
Majella Lynch, 51 ans, est morte à l’hôpital après que l’on ait retiré de sa cavité abdominale une bouteille de shampoing de 400ml. Le procureur William Mousley, chargé du dossier, a déclaré que cette bouteille n’avait pu être insérée par la victime en raison de l’extrême douleur associée à cet acte. Mousley a précisé que son attaquant, Daniel McBride, 43 ans, un utilisateur habituel de pornographie « hardcore », était amateur de sexualité violente et « était à la recherche d’un rapport sexuel cette nuit-là après s’être querellé avec sa compagne et avoir été rejeté par une autre femme ». Yvette Hallsworth, 36 ans, a été choisie par Mateusz Kosecki en raison de « sa faible constitution ». À 18 ans, Kosecki était déjà un prédateur endurci de femmes prostituées. Il avait déjà agressé au moins trois femmes qui vendaient du sexe avant d’assassiner Yvette Hallsworth, la poignardant 18 fois. À son procès, le juge Michael Stokes l’a décrit comme ayant « une fascination, sinon une obsession » pour les femmes prostituées.
Comment une perspective féministe de la violence infligée par les hommes aux femmes peut-elle négliger certaines femmes lorsque la misogynie patriarcale, la sexualisation violente et la chosification jouent un rôle aussi clair dans leurs meurtres?
La prévalence de la violence envers des partenaires intimes (VEPI) est inégale à l’échelle mondiale. Les chercheuses Corradi et Stockl, 2014 ont examiné la relation entre la violence létale masculine à l’égard des femmes, l’activisme féministe et les politiques gouvernementales dans les pays européens depuis les années 1970. Elles n’ont pas trouvé de lien clair entre les taux de VEPI et les politiques gouvernementales. Par contre, elles ont observé que le militantisme féministe était un catalyseur crucial du changement, et qu’il était le plus efficace quand il était autonome du gouvernement.
« Depuis la fin des années 1960, écrivent-elles, l’activisme organisé des femmes a joué un rôle fondamental pour inciter l’État à lutter contre la violence faite aux femmes. » (Corradi & Stockl, 2014: 605).
On estime que, dans le monde, environ 66 000 femmes et filles font l’objet chaque année de meurtres intentionnels. Il est difficile de comparer ces données pays par pays, en partie parce qu’il n’existe pas d’approche transnationale pour recueillir et désagréger les statistiques sur le meurtre en fonction du sexe des victimes et des meurtriers, mais globalement les femmes risquent beaucoup plus que les hommes d’être tuées par des partenaires intimes et leurs meurtriers sont presque toujours des hommes. Malgré tout ce qui divise les sociétés, nous avons en commun que la violence des hommes envers les femmes est normalisée, tolérée – et dissimulée alors qu’elle est omniprésente, et qu’il n’existe pas de mesures réellement proactives et profondément enracinées de la part de l’État pour protéger le droit des femmes à la vie.
Bien sûr, il est essentiel d’examiner la violence familiale et celle de partenaires intimes, qui va jusqu’au meurtre. Mais se limiter à ce contexte risque non seulement de masquer l’ampleur de la violence létale des hommes à l’égard des femmes, mais également d’occulter les différences sexuelles entre ces divers crimes. Au Royaume-Uni, les femmes sont plus de sept fois plus susceptibles d’être tuées par un homme que les hommes par une femme lors d’un meurtre commis par un partenaire intime. Les hommes sont plus susceptibles que les femmes d’être tués par un partenaire de même sexe, et les antécédents de violence observés avant le meurtre diffèrent entre femmes et hommes, les hommes ayant tendance à infliger des mois ou des années de violences aux femmes qu’ils finissent par tuer, alors que les femmes ont tendance à avoir vécu des mois ou des années de violences de l’homme qu’elles en viennent à tuer.
Les réponses à la violence masculine envers les femmes qui s’en tiennent presque exclusivement à préconiser « des relations saines », un soutien aux victimes-survivantes et une réforme du système de justice pénale ne vont simplement pas assez loin. En fait, la violence des hommes à l’égard des femmes est une cause et une conséquence de l’inégalité sexuelle entre les femmes et les hommes. La chosification des femmes, l’industrie de la prostitution, la construction sociale des stéréotypes sexuels, les inégalités de salaire et la répartition inéquitable des responsabilités de soins aux autres sont toutes symptomatiques d’une inégalité structurelle, qui maintient un contexte propice à la violence des hommes envers les femmes. Les féministes le savent et nous le disent depuis des décennies.
L’une des principales réalisations du féminisme est d’avoir mis en lumière la violence des hommes à l’égard des femmes et de l’avoir imposée aux programmes politiques. Une des menaces qui pèsent sur ces réalisations est que les détenteurs du pouvoir s’emparent de ces concepts et, sous prétexte de pallier le problème, en chassent certains des éléments les plus élémentaires d’une compréhension féministe. Les initiatives étatiques qui ne sont pas imbriquées dans des politiques d’égalité entre les femmes et les hommes ne permettront pas de réduire la violence des hommes contre les femmes. Ne pas même nommer l’agent, c’est-à-dire le recours des hommes à la violence, équivaut à échouer dès le premier obstacle.
Travaillant en partenariat, le projet Counting Dead Women et l’organisation Women’s Aid Federation England ont mis au point, avec le soutien de la firme Freshfields Bruckhaus Deringer et Deloitte, un projet intitulé The Femicide Census (Recensement des féminicides), une base relationnelle de données qui permet d’assembler et de désagréger des données pour analyse. Il contient actuellement des renseignements sur plus de 1000 femmes ayant été tuées par des hommes entre 2009 et 2015. Nous souhaitons bâtir une ressource de recherche qui puisse être utilisée comme un outil pour influencer la compréhension du problème et l’élaboration de politiques. Nous publierons bientôt notre premier rapport. En septembre, notre travail a été cité comme exemple de bonne pratique dans un document de la Rapporteuse des Nations Unies chargée de la violence contre les femmes.
Les féministes ont commencé à compter les meurtres de femmes et à dénombrer des féminicides au Québec, en Australie, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en dénombrant des femmes autochtones tuées. Il existe des actions féministes contre le féminicide sur tous les continents, notamment dans des pays comme l’Argentine, le Pérou, l’Italie, l’Espagne et l’Inde.
Des femmes du monde entier inventent divers moyens de protester contre les meurtres de nos sœurs. En enregistrant les noms des femmes et, si possible, leurs photographies, nous voulons créer un rappel constant que les femmes ne sont pas réductibles à des statistiques.
653 femmes en 5 ans mortes aux mains des hommes au Royaume-Uni ne peuvent pas être 653 incidents isolés. Des mesures sont nécessaires et des mesures peuvent être prises pour réduire le nombre de ces meurtres.
Cet article a d’abord été publié sur le site d’openDemocracy. Commissaire à la rédaction: Liz Kelly
A propos de l’autrice Karen Ingala Smith est directrice générale de nia, une organisation caritative féministe qui soutient les femmes ayant vécu de la violence sexuelle et familiale. Elle coordonne le projet Counting Dead Women et est co-créatrice du Femicide Census avec Women’s Aid Federation England.
Traduction française: Martin Dufresne
Voir aussi 27 ans après le massacre de l’École Polytechnique : 1056 femmes et enfants tuées par des hommes en tant qu’hommes au Québechttp://sisyphe.org/spip.php?article5329
Publicités

8 réflexions sur “Quand un homme tue une femme

  1. Vous écrivez: « la violence des hommes envers les femmes est normalisée, tolérée – et dissimulée alors qu’elle est omniprésente. » C’est révoltant. Vous avez raison de la combattre. Cependant, la violence des hommes envers les hommes « est normalisée, tolérée – et omniprésente » – et n’est même pas dissimulée.

    Vite, pour éviter de déprimer et de renoncer à toute tentative d’améliorer notre espèce, souvenons-nous qu’il y a aussi de Shakespeare, Bach, Mozart…!

    • Non, la violence des hommes envers les hommes n’est pas normalisée. Les femmes sont violentées en tant que femmes, en raison d’une misogynie qui imprègne toute notre culture; les hommes qui le sont ne le sont pas en tant qu’hommes.

      • Pendant les guerres les hommes ont toujours tué des hommes en tant qu’hommes et évitaient de tuer les femmes et les enfants. Aujourd’hui on devient de plus en plus barbare, on tue tout le monde par tous les moyens, même ceux qui, il y a peu, étaient considérés absolument inacceptables (bombes chimiques et bactériologiques, obus radioactifs), on détruit les écoles et les hôpitaux ce qui était impensable jusqu’à la deuxième guerre mondiale.

        Je ne tente pas de vous détourner de vos efforts spécifiques en faveur des femmes, ils sont très utiles. Mais pour ce faire, vous n’avez pas besoin de simplifications.

        • Je ne vois pas en quoi, en temps de guerre, les hommes tueraient les hommes « en tant qu’hommes ». Ils ne le font pas avec une haine spécifique du sexe masculin, comme le font les assassins de femmes. Et comme vous le reconnaissez, ils tuent au moins autant de femmes et d’enfants que d’hommes – et pas que depuis l’ère moderne. C’est vous qui simplifiez en occultant l’étendue des massacres de civils depuis toujours, peut-être pour prêter une « noblesse » à la guerre et à la virilité…

        • Désolé de vous contredire mais les hommes s’entretuent en tant qu’hommes, pas en tant qu’entités abstraites. Des hommes concurrents, des hommes rivaux, des hommes ennemis, des hommes fanatisés contre d’autres hommes. Avez-vous déjà entendu un idéologue de haranguer l’armée pour aller combattre les « femmes capitalistes, » « femmes ennemies de classe », « femmes hérétiques »? Et il y a aussi, du côté des combattants de deux camps, des hommes victimes (depuis peu aussi les femmes, et même les enfants) enrôlés dans la guerre contre les hommes d’en face (et maintenant aussi des femmes et enfants) qu’il ne connaissent même pas…

          Vous êtes de mauvaise fois en affirmant que d’après moi pendant les guerres les hommes « tuent au moins autant de femmes et d’enfants que d’hommes ». Pendant très longtemps ce n’était pas le cas. (Les hommes se battaient sur des « champs de bataille » en dehors des villes et villages.). Cela l’est devenu aujourd’hui.

          Quand vous ajoutez que je voudrais, « peut-être », « prêter une « noblesse » à la guerre et à la virilité… » vous n’êtes plus seulement de mauvaise foi mais franchement malhonnête. Mon attitude vis à vis de femmes vous agace-t-elle à ce point? Faut-il que tous les hommes soient des salauds pour que vous puissiez poursuivre – quoi, au juste? Ne me dites pas que le combat pour les droits des femmes est à ce prix.

        •  » Avez-vous déjà entendu un idéologue de haranguer l’armée pour aller combattre les « femmes capitalistes, » « femmes ennemies de classe », « femmes hérétiques »? »

          Oui tout à fait et c’est systématique voici quelques exemple :

          Au Rwanda, les Hutus avaient cet ordre :  » Avant de tuer les femmes vous devez les violer »
          https://delphysyllepse.wordpress.com/2014/11/13/preface-a-sandrine-ricci-avant-de-tuer-les-femmes-vous-devez-les-violer/

          Pour les ennemies de classe, la haine contre les bourgeoise qu’expriment les machos de gauche et prolétaire est une figure récurrente. Les hommes considérent les femmes comme des objets appartenant à des hommes et si ils veulent s’en prendre à ces hommes, ils s’en prennent à leur propriété. Tout ceci est expliqué en détail dans les 4 parties de ce texte de Delphy ; http://lmsi.net/Nos-amis-et-nous

          Pour les femmes hérétiques c’est un comble de votre part de nier le gynocide de la chasse au sorcière ou des femmes ont été brulé, torurés, noyés, écartelés… pour hérésie pendant 4 à 5 siècles.
          https://blogs.mediapart.fr/helene-duffau/blog/080416/caliban-et-la-sorciere-femmes-corps-et-accumulation-primitive

          C’est vous qui simplifiez et étalez votre ignorance et votre mépris pour les femmes et leur place dans l’histoire.

        • Quel message abjecte ! Je suis surprise que ce message d’appel à la haine misogyne soit publié sur un espace féministe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s