L’Irlande est sur le point de battre en brèche les trafiquants de sexe

MISE À JOUR DU 7 DÉCEMBRE 2016:

En République d’Irlande, l’adoption d’une loi criminalisant l’achat de sexe est imminente, après son adoption aujourd’hui par le Comité permanent de la Justice, où des député.e.s de tous les partis ont affirmé leur soutien aux femmes

Déclaration de l’association « Turn Off the Red Light »
Des lois sur les acheteurs de sexe qui mettraient fin au modèle commercial des bandes criminelles organisées qui gèrent le commerce du sexe en Irlande aujourd’hui (07 décembre 2016) viennent de passer l’étape de l’examen en comité où elles ont recueilli un soutien interpartis.
La coalition « Turn Off the Red Light » demande au gouvernement de veiller à ce que le Projet de loi 2015 sur le Droit pénal (Infractions sexuelles) soit porté d’urgence à ses étapes finales pour permettre la protection de certains des groupes les plus vulnérables de l’Irlande.
Denise Charlton, présidente de Turn Off the Red Light, a ajouté:
« Le Comité permanent de la Justice du Parlement irlandais a une fois de plus recommandé unanimement que la République d’Irlande rejoigne la tendance internationale consistant à cibler ceux qui alimentent l’industrie de la prostitution, soit les acheteurs de sexe.
Le vice-premier ministre irlandais (Tánaiste) et le Comité ont décidé à l’unanimité de supprimer du projet de loi le délit de flânage aux fins de prostitution, ce qui signifie que le projet de loi va maintenant décriminaliser complètement les personnes qui vendent des services sexuels, tant à l’intérieur qu’à la rue. Il s’agit d’un aspect crucial de ce qu’on appelle le modèle nordique et cela permettra aux femmes, aux enfants et aux hommes vulnérables touchés par la prostitution de demander des services sans crainte de poursuites.
Le projet de loi sur les infractions sexuelles contribuera à protéger nos enfants et adultes les plus vulnérables contre l’exploitation sexuelle, tout en visant l’exploitation sexuelle des enfants, en renforçant les lois contre la pornographie juvénile et la sollicitation en ligne (« grooming ») de jeunes pour les inciter à se prostituer.

Nous devons maintenant veiller à ce que le projet de loi soit porté prioritairement à ses étapes finales. Chaque jour où ce projet de loi est retardé, des femmes, des enfants et des hommes risquent davantage d’être agressés et met des milliers d’euros dans les poches de proxénètes, de voyous et de trafiquants. »

Le projet de loi 2015 : (http://www.oireachtas.ie/…/…/bills/2015/7915/B79b15s-DCN.pdf

 

République d’Irlande : Le nouveau gouvernement doit maintenir son élan abolitionniste

par RUHAMA

turn off the red light.png

(Le 3 février 2016) L’organisation Ruhama* félicite le gouvernement irlandais sortant pour les excellents progrès réalisés au cours de son mandat pour faire avancer le Projet de loi sur les délits sexuels. Ce projet de loi historique a bénéficié depuis sa présentation d’un appui public massif et d’un soutien sans précédent venu de tous les partis de la république d’Irlande. Avec ses mesures visant à interdire l’achat de sexe, cette loi fera de l’Irlande une cible beaucoup moins lucrative, tant pour les trafiquants que pour les proxénètes nationaux et internationaux. Ruhama presse déjà le prochain gouvernement irlandais de faire de ce projet de loi une priorité absolue et de le placer au sommet de leur ordre du jour dès son arrivée au pouvoir. Au moment du déclenchement de l’élection générale, le projet de loi a déjà obtenu l’approbation du Sénat irlandais et atteint au Parlement l’étape de la deuxième lecture, ce qui laisse très peu de travail nécessaire pour achever son adoption dans la loi.
« L’Irlande ne peut pas attendre plus longtemps pour mettre fin à la demande de prostitution, qui alimente un commerce de plusieurs millions d’euros, fait au détriment des femmes et des filles vulnérables », a déclaré Sarah Benson, directrice générale de Ruhama. « C’est pourquoi nous invitons tous les membres du public à faire du trafic sexuel une question à aborder immédiatement avec tou.te.s leurs candidat.e.s, en leur demandant de mettre le projet de loi sur les délits sexuels au sommet de leur liste de priorités postélectorales absolues. »
« Ce projet de loi crée également des mesures essentielles de protection juridique pour les enfants que des adultes pervers forment en vue de l’exploitation sexuelle, y compris par des contacts internet » a poursuivi Sarah Benson. « Ruhama a collaboré avec des jeunes dressé.e.s à devenir des prostitué.e.s, et il est extrêmement important de combler ce vide juridique, pour que nous n’ayons pas à attendre que se produisent réellement des violations inimaginables d’enfants avant que leur agresseur ait à rendre des comptes de son comportement. »
Ruhama soutient ce projet de loi à titre de membre central de la campagne « Turn Off the Red Light », menée par une coalition de plus de 70 organisations de la société civile, syndicats et ONG. La coalition préconise depuis longtemps que l’on mette fin au système prostitutionnel en Irlande par une pénalisation des acheteurs de sexe, tout en veillant à ce que les personnes prostituées ne soient pas criminalisées. « Le projet de loi est si proche de son achèvement, explique Sarah Benson, que tout ce qui est nécessaire est une poussée finale de nos député.e.s, pour assurer enfin qu’il ne soit plus acceptable dans notre pays d’acheter l’accès sexuel au corps d’une autre personne. »

* Ruhama est une organisation non gouvernementale de première ligne travaillant à l’échelle nationale pour soutenir les femmes touchées par la prostitution et le trafic sexuel.

Version originale: http://www.ruhama.ie/assets/Press-Releases/Ireland-on-cusp-of-beating-traffickers.pdf

Mise à jour (été 2016) :
Le projet de loi sur les infractions sexuelles 2015 qui contient des dispositions portant sur l’achat de sexe a malheureusement été bloqué dans sa progression au parlement irlandais lors de l’élection générale et la formation du nouveau gouvernement.
La campagne de RUHAMA « Turn Off the Campaign Red Light » a appelé le gouvernement à déposer ce projet de loi primordial durant ses 100 premiers jours au pouvoir.
Pendant ce temps, nous constatons une aggravation de la crise des migrants et des augmentations signalées de la traite et la prostitution des femmes et des enfants vulnérables qui cherchent refuge en Europe. Alors que la France est le plus récent pays à adopter le « modèle nordique », il est crucial que l’Europe s’unisse dans sa protection des personnes exploitées dans le commerce du sexe et qu’elle accepte de rendre des comptes aux personnes qui vivent cette exploitation.
Bien que le gouvernement soit en vacances d’été, il est extrêmement important que le projet de loi sur les infractions sexuelles redevienne une priorité législative à leur retour. Nous vous serions très reconnaissantes de prendre deux minutes pour visiter la page d’action de la campagne « Turn Off the Red Light » et faire pression sur vos politiciens locaux pour soutenir la criminalisation des acheteurs
du sexe, comme le prévoit le projet de loi sur les infractions sexuelles; http://www.turnofftheredlight.ie/action/

Version française : TRADFEM

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s